La peinture de José Maria Ribeiro est à la frontière ténue de l’impressionnisme et du réalisme. Ses traits, souples, révèlent la personnalité de l’artiste, et traduisent sur la toile ce que les yeux captent à travers un regard sensible et révélateur. Un paysage, un pot de fleurs, des visages, des toits de style colonial, une Notre-dame sise dans le Minas Gerais.

J’ai connu José Maria dans les années 70, au moment où il sortait des sentiers battus pour prendre le chemin déroutant des arts. Il est arrivé à la Galerie Guignard, avec les recommandations de nombreuses personnalités : Àlvaro Apocalypse, Yara Tupinambá, Jarbas Juarez, Wilde Lacerda. L’une de ses premières expositions s’y est tenue et nous nous sommes revus 30 ans plus tard dans la Pequena Galeria do Teatro da Cidade. Sa peinture a mûri avec lui, devenant quintessence, oubliant les couleurs frénétiques d’avant, mais reflétant l’assurance que l’artiste a acquise après des années de pratique.

Je cherche à imaginer comment doit être son petit /grand monde entouré de Fatinha et des enfants, dans cette maison de Lagoa Santa où tout respire l’art, où les tableaux faits par tous de la famille se mêlent sur les murs, et les sculptures jaillissent des tables et des coins.
Simple comme tous les grands artistes, José Maria Ribeiro est l’un des meilleurs peintres brésiliens que j’ai plaisir à fréquenter, ne fut-ce que de temps en temps.

Parfois je suis surpris lorsque j’arrive dans une maison, et que mes yeux tombent sur une de ses peintures installée sur le mur de mon hôte. Là, il y a toujours quelqu’un qui raconte une histoire, qui explique comment cette toile de José Maria Ribeiro se trouve là, où on l’a achetée, dans une galerie, ou chez l’artiste lui-même. Parce que l’art comporte ce rapport affectif avec celui qui s’en approprie.

Et je respire à l’idée d’être dans le Minas Gerais et de savoir que des mains généreuses et agiles de José Maria vont encore jaillir beaucoup de toiles et que je pourrai les voir chez des amis.
Cela me procure une grande joie, je suis heureux de constater que l’artiste ne s’arrête pas, qu’ il poursuit son chemin, entêté à teindre le monde et à donner des couleurs à la vie de chacun.

Pedro Paulo Cava, 2008

Contato: ribeirojosem@yahoo.com.br / (31) 3681-1023 / (31) 9119-3421